Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

joaquim maria machado de assis

  • "Dom Casmurro" de Joaquim Maria Machado de Assis

    Dom Casmurro.jpgQuatrième de couverture : "Métis, fils d'un nègre et d'une blanchisseuse, Machado de Assis est certainement une des âmes les plus aristocratiques qui se soient jamais égarées sur les chemins de ronces et de fleurs de ce monde incompréhensible. Preuve que la théorie de l'hérédité n'est qu'une erreur grossière. Il fut très pauvre, puis un peu moins pauvre, mais ne sortit jamais, pas plus que de saville, de la médiocrité, et il ne connut pas la gloire que très tard ; mais de toute manière il avait un coeur trop noble pour la désirer.

    Pour ma part, je ne connais dans aucune littérature de ce XIXème siècle, pourtant le siècle du roman, un roman plus parfait que Dom Casmurro, qui est d'ailleurs le chef-d'oeuvre de l'auteur. Et avec quelle simplicité, quelle nonchalance suprême, quel air de ne pas savoir où il va !" Francis de Miomandre

    Mon avis : Brésil, 2ème moitié du 19ème siècle. Bento, 15 ans est destiné par sa mère à entrer dans les ordres suite à une promesse qu'elle a faite à Dieu lors du décès d'un premier fils. Mais voilà... Bento est amoureux...

    Petit livre que j'ai acheté parce qu'il ne coûtait que un euro et que j'avais un peu peur de commencer car il ne m'inspirait pas du tout... Et bien, je revois mon jugement à la hausse, j'ai beaucoup aimé ! Même si il a été écrit au 19ème siècle (ce qui aurait pu le rendre "vieillot") cela lui donne un petit cachet tout à fait charmant. De plus le style est inhabituel mais très agréable, l'auteur fait parler son personnage principal à la première personne et celui-ci dialogue avec nous lecteurs, comme si nous étions copains, ce que j'ai beaucoup apprécié.

    Ma note : :-))

    Extrait : "Seul d'entre eux, le canapé parut avoir compris notre situation morale, vu qu'il nous offrit les services de son capitonnage avec une telle insitance que nous acceptâmes, et nous assîmes. C'est de ce jour que date l'opinion particulière que j'ai du canapé. Il consacre l'alliance de l'intimité et du décorum, et il résume toute la maison sans qu'on ait à sortir du salon. Deux hommes assis sur lui peuvent débattre d'un empire, et deux femmes le charme d'une robe ; mais ce n'est pas que par une aberration des lois naturelles qu'un homme et une femme y parleraient d'autre chose que d'eux-mêmes. C'est ce que nous fîmes, Capitu et moi. Il me souvient vaguement que je lui demandai si son séjour ici se prolongerait...

    - Je ne sais pas ; la fièvre semble céder... mais...

    Il me souvient aussi, vaguement, que je lui expliquai ma visite rue des Invalides, selon la pure vérité, c'est-à dire à cause du conseil de maman.

    - Son conseil? murmura Capitu.

    Et elle ajouta, avec des yeux qui brillaient extraordinairement : - Nous serons heureux!

    Je répétai ces paroles, avec simplement mes doigts serrant les siens. Le canapé, qu'il l'ait vu ou non, continua de prêter ses services à nos mains jointes et à nos têtes réunies ou presque réunies..." (Chapitre 82 : "Le canapé" p.202)

    Challenge Tour du Monde.jpg
     
    Brésil.png
    Brésil