Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

gilles perrault

  • "Le pull over rouge" de Gilles Perrault

    Le pull over rouge.jpgQuatrième de couverture : Christian Ranucci, vingt-deux ans, a été guillotiné le 28 juillet 1976 à 4h13 dans la cour de la prison marseillaise des Beaumette.

    Etait-il coupable ou innocent ?

    Deuxième de couverture : Un matin de juin 1974, on découvre à une vingtaine de kilomètres de Marseille, le corps d'une fillette. Peu après, on arrête un représentant de commerce de vingt ans, Christian Ranucci, que tout semble accuser du meurtre. L'affaire Ranucci commence qui bouleverse l'opinion. L'assassin présumé a fait des aveux. Plus tard, il clamera son innocence. En vain. Aux termes d'un procès retentissant, la grâce présidentielle lui ayant été refusée, il est guillotiné le 28 juillet 1976 dans la cour de la prison des Baumettes, à Marseille.

    Christian Ranucci était-il coupable ?

    Gilles Perrault a refait l'enquête minutieusement. Les faits qu'il rapporte sont troublants. On voit s'accumuler des failles dans les aveux, des contradicitions, des faiblesses dans les expertises, des négligences dans l'instruction, des approximations rapides, etc.

    Alors le doute est désormais permis sur la culpabilité de Ranucci. Et ce livre rigoureux et clair bouleversera tous ceux qui le liront.

    "Je defie quiconque, déclare Gilles Perrault, d'être convaincu, à la fin de mon livre, de la culpabilité de Ranucci."

    Mon avis : Quand l'injustice devient justice...

    Je ne vais pas m'apesantir sur le fond de ce livre, c'est tout simplement scandaleux de voir et de savoir que la justice du pays des droits de l'homme peut en arriver à tout faire pour désigner un coupable pour faire un exemple et apaiser la vindicte populaire.

    Je préfère parler de la forme de ce livre. Cette enquête est menée avec brio, les détails et les preuves sont amenées simplement avec un bon sens (que l'on se demande si les enquêteurs et les juges ne sont pas des martiens pour ne pas avoir eu "l'idée" d'y penser...) et un esprit d'analyse limpide. A chaque page, j'ai eu envie de jeter l'éponge, non pas parce que ce livre est mal écrit ou ennuyant mais parce qu'au contraire il est tellement foisannant de détails qui auraient du montrer l'innocence du jeune homme que j'en étais révoltée.

    On ne réécrira pas l'histoire, on ne rendra pas son fils à cette mère aimante mais on peut espérer que cet "exemple" que le monde judiciaire a voulu faire soit maintenant un exemple pour eux... à ne pas suivre.

    Ma note -> :-)))

    Des extraits : "L'inculpé est au centre de cette vaste offensive juridico-policière. Il s'agit de dévoiler son passé, de mettre à jour les événements majeurs ou d'apparence minuscule qui l'ont déterminé, de rassembler enfin le maximum d'indications sur sa personnalité. Le sytème judiciaire français veut en effet qu'on juge un homme et non pas un crime. C'est un singularité par rapport à la plupart des pays étrangers, notamment anglo-saxons, dont les jurys se bornent à juger de l'innocence ou de la culpabilité sans tenir compte des éléments biographiques et psychologiques. Ainsi devant les cours britanniques, il n'est pas permis à l'accusation de faire état du casier judiciaire. Le jury n'a pas à savoir qu'un homme poursuivi par exemple pour agression à main armée a déjà été condamné trois ou quatre fois pour la même infractions : c'est à l'accusation d'apporter les preuves de la culpabilité dans le cas précis qui est soumis." (p. 123)

    "L'opinion publique, Christian Ranucci : deux aveugles fonçant l'un vers l'autre sur une autoroute, convaincus qu'aucun obstacle ne peut se présenter. La collision fera un mort." (p.242)

    Un autre avis : 100choses

    Editions France loisirs, 1978, 440 pages.