Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

alessandro barbero

  • "La belle vie, ou les aventures de Mr pyle, gentilhomme" d'Alessandro Barbero

    la belle vie ou les aventures de mr pyle gentilhomme, alessandro barbero, éditions le grand livre du moisQuatrième de couverture : On était dans la sixième année de la présidence de Jefferson, et Washington n'était encore qu'un village marécageux. En Europe, le vieil empire autrichien chancelait, la Prusse se liguait avec tous contre tous. Bonaparte venait de se sacrer empereur, et il ne menaçait pas seulement de dévorer l'Angleterre mais d'engloutir l'Amérique. Voilà pourquoi, le 13 juillet 1806, un gentilhomme de Baltimore débarque au port d'Amsterdam et se procure un carrosse rapide pour gagner Berlin au plus vite.

    Ce livre est le journal de son voyage, écrit sur des tables d'aubers, dans des palais princiers, sur l'écritoire bringuebalante de sa voiture. Ambassadeur et espion, Mr Pyle sillonne l'Allemagne et la Pologne, armé de sa curiosité et d'une impertubable ironie. Rien n'échappe à l'acuité de son regard : ni la cour ni la ville. Il rencontre rois, ducs, généraux, mais aussi paysans, fantassins, bas-bleux, courtisanes. Son Europe est le territoire de l'esprit, qui palpite encore dans l'art de la conversation, et ses interlocuteurs, campés dans la vérité deprotraits saisissants, se nomment Goethe, Fichte, Clausewitz, Potocki, Hoffman.

    Entre Sterne et Stendhal, Alessandro Barbero fait revivre une époque qui savait qu'elle allait disparaître, mais voulait tirer, avant l'avenir, un dernier et grandiose feu d'artifice. Aussi ce roman ce roman d'histoire(s) culmine-t-il dans le récit hallucinant de la bataille d'Auerstedt, unique morceau de bravoure où le lecteur, comme Mr Pyle pris entre deux armées, verra les fifres et les tambours émerger du brouillard, entendra les boulets de canon siffler autour de lui et sentira une inoubliable odeur de poudre.

    Mon avis : J'ai trouvé ce livre intéressant sans plus et très long...

    Intéressant, car j'ai découvert un bout de notre histoire sous un oeil différent. La déferlente "Bonapardienne" est vue et "critiquée" par ses ennemis les allemands, les polonais et les prussiens.

    Très long (comme le quatrième de couverture) car nous devons parcourir plus de 600 pages (écrites "petit" et très "serrées" en grand format...), qui nous content l'arrivée de ce gentilhomme dans chaque ville de son périple. Et il faut avouer que c'est toujours la même chose qui revient. Le voyage (routes et chemins impraticables, auberges crasseuses, nourritures répugnantes et servantes sales que l'on trousse quant même), l'arrivée dans la ville (parcourir toutes les "bonnes maisons" pour se présenter, banquets, discussions avec les "grands" hommes, théatre, aventures "amoureuses" et petits tours par les maisons de passes). Tout cela pour arriver, enfin, au point culminant, la description de la bataille, qui elle, est prenante.

    Pour les amoureux de l'époque de Napoléon Bonaparte, mais pas pour un petit moment paisible au bord de la mer ;-)

    Ma note -> :-)

    Editions Le grand Livre du Mois, 1998, 641 pages.