Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Auteurs Portugais

  • "La lucidité" de José Saramago

    josé saramagoRésumé : Au lendemain des élections municipales organisées dans la capitale sans nom d'un pays sans nom, la stupeur s'empare du gouvernement : 83% des électeurs ont voté blanc. Incapable de penser qu'il puisse s'agir d'un rejet démocratique et citoyen de leur politique, les dirigeants soupçonnent une conspiration organisée par un petit groupe de subversifs, voire un complot anarchiste international. Craignant que cette "peste blanche" ne contamine l'ensemble du pays, le gouvernement évacue la capitale. L'état de siège est décrété et un commissaire de police chargé d'éliminer les coupables - ou de les inventer. aussi, lorsqu'une lettre anonyme suggère un lien entre la vague de votes blancs et la femme qui, quelques années auparavant, a été seule à ne pas succomber à une épidémie de cécité, le bouc émissaire est tout trouvé. La presse se déchaîne. La machine répressive se met en marche. Et, contre toute attente, éveille la conscience du commissaire.

    Mon avis : Ce livre est la lecture d'août du club de lecture "Faites le tour du monde" qui nous emmenait au Portugal. Ce n'est pas le livre que j'avais choisi durant le sondage, mais j'aime jouer le jeu auquel je participe. Et bien m'en a pris. Ce n'est pas une lecture facile, j'étais d'ailleurs un peu réticente lorsque j'ai vu sur Livraddict qu'il était défini comme un essai et non comme un roman. C'est une lecture très ardue d'une part à cause de sa structure et d'autre part à cause de son thème.
    Parlons d'abord de sa structure ou plutôt de sa "non-structure". En effet il n'y a pas de paragraphes, ni de dialogues bien définis et les phrases sont très très longues. Les dialogues se fondent dans la masse du texte qui apparait comme un gros bloc de mots.
    Ensuite le thème, la politique. Sujet dont je ne suis pas, mais vraiment pas, friande.
    Et pourtant... J'ai apprécié cette lecture ! Je l'ai même conseillée sur Twitter lors du #MardiConseil de Vendredi Lecture, c'est vous dire.
    Après avoir un peu galérer au début à me dépatouiller dans ce texte brut, j'ai pris mes marques et ma lecture s'est fluidifiée au fil des pages. Il ne faut pas se braquer sur cette drôle de structure de texte, je pense, mais prendre certains indices (virgules, lettres majuscules) pour faire sa propre structure. Quant au thème et bien... il est fascinant ! Il est traité avec sérieux mais aussi avec beaucoup d'ironie (que j'ai particulièrement appréciée). Le sujet est d'actualité (qui ne râle pas sur le gouvernement de son pays ???) et chacun peut y retrouver un peu ou beaucoup de sa réalité.
    En bref une lecture ardue mais très très intéressante et interpellante.
    Ce que j'ai aimé : l'ironie qui parcours l'histoire du début à la fin.
    Ce que j'ai moins aimé : vous l'aurez sans doute déjà bien compris : la structure du texte.

    Mon appréciation -> ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ ♡

    Ce roman fait partie de 2 de mes défis : lecture du mois d'août du club de lecture : Faites le tour du monde et ma coupe d'Europe livresque 2016

  • Ça me parle... #9

    "Ça me parle..." c'est : Tous les mercredis, une petite (ou grande) citation glanée au fil de mes lectures, qui me parle et qui vous parlera peut-être :-)

     

    "Oh oui. Beaucoup de gens ne savent pas ce qu'ils cherchent. Il fixe les yeux au plafond. La plupart des gens traversent la vie comme des somnambules. Ils veulent posséder, gagner de l'argent, consommer sans cesse. Les gens sont tellement grisés par l'accessoire qu'ils en oublient l'essentiel. Ils veulent une nouvelle voiture, une plus grande maison, des vêtement plus chics. Ils veulent perdre du poids, retrouver leur jeunesse, et rêvent d'impressionner les autres. Il respira profondément, pour retrouver son souffle, et regarda son fils. Sais-tu pourquoi ?
    - Non, pourquoi ?
    - Parce qu'ils ont faim d'amour. Ils ont faim d'amour et ne le trouvent pas. C'est pour cela qu'ils se tournent vers l'accessoire. Les voitures, les maisons, les vêtements, les bijoux... toutes ces choses ne sont que des dérivatifs. Ils manquent d'amour et cherchent. Il se secoua la tête. Mais ça ne marche pas. L'argent, le pouvoir, la possession... Rien ne remplace l'amour. C'est pourquoi, lorsqu'ils achètent une voiture, une maison, un vêtement leur satisfaction est éphémère. Et à peine les ont-ils achetés qu'ils cherchent déjà une nouvelle voiture, une nouvelle maison, un nouveau vêtement. Ils cherchent quelque chose qui ne se trouve pas là. aucune de ces choses ne procure une satisfaction durable parce qu'aucune d'elles n'est vraiment importante. Ils se démènent tous pour s'approprier quelque chose qui se dérobe. quand ils achètent ce qu'ils désirent, ils sentent en eux un vide. C'est parce qu'ils déssiraient autre chose que ce qu'ils ont acheté. Ils veulent de l'amour, pas des objets. ceux-ci ne sont que des ersatz, des accessoires qui masquent l'essentiel."

    La formule de Dieu.jpg

    (p.414)