Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Auteurs Italiens

  • "Napoléon (2/3)" (Ils ont fait l'Histoire, tome 9) de Noël Simsolo, Fabrizio Fiorentino et Jean Tulard

    noël simsolo¨, fabrizio fiorentino, jean tulardQuatrième de couverture : Comment un petit militaire corse a pu devenir Napoléon 1er, empereur des Français de 1804 à 1815 ? Successivement général, consul et empereur, cet ambitieux enfant de l'Ancien Régime élevé dans la République fut un réformateur pressé, le fondateur de l'État moderne autant que le génie militaire qui domina, un temps, les monarchies européennes.
    L'apogée de la geste napoléonienne est au cœur de ce deuxième volume, calée entre le retour d'Égypte et le mariage de l'Empereur avec l'archiduchesse Marie-Louise d'Autriche.

    Mon avis : De nouveau dans ce tome, les dessins sont magnifiques mais si je ne lis pas les informations se trouvant en fin de livre je ne comprends pas grand chose de l'évolution des événements. C'est peut-être moi qui ai un problème de compréhension, mais je trouve vraiment embêtant cette situation. Mais je n'abandonnerai pas cette série pour autant, car ces personnages historiques me fascinent. Napoléon est un sacré bonhomme, cela vaut la peine de s'accrocher pour connaître les détails de la vie et de l'ascension de ce monsieur charismatique.

    Mon appréciation -> ♡ ♡    

    Rendez-vous sur Hellocoton !

  • "Saint Louis" (Ils ont fait l'Histoire, tome 8) de Mathieu Mariolle, Alex Nikolavitch, Étienne Anheim, Valérie Theis et Filippo Cenni

    mathieu mariolle, alex nikolavitch, étienne anheim, valérie theis, filippo cenniQuatrième de couverture : Louis IX, plus connu sous le nom de Saint Louis, roi de France de 1226 à 1270, est le neuvième monarque de la dynastie des Capétiens. Personnage plus complexe et paradoxal que ce que nous laissent entrevoir les images d'Épinal du bon roi dispensant la justice sous le chêne, Louis XI, élevé dans un respect de la foi inébranlable et une piété rigoureuse sous la coupe de sa mère Blanche de Castille, eut une conception essentiellement religieuse de sa fonction, se voyant en monarque idéal d'un royaume chrétien. Cette foi inébranlable qui marque l'ensemble de son règne contribua à faire de lui un saint de son vivant même s'il joua un rôle central dans le renforcement du royaume de France.

    Mon avis : Un personnage historique que je ne connaissais pas. Cette BD m'a fait rencontré un roi très croyant. Les guerres de religions ne sont donc pas nouvelles et malheureusement trouvent dans le passé comme dans le présent et certainement dans le futur des adeptes forts de leurs titres pour entraîner le peuple dans leurs croyances et leurs envies de combattre les "maudits"...
    La BD est agréable à lire, mais comme d'habitude dans cette série il y a beaucoup de textes et les caractères d'imprimerie sont très petits, ce qui n'est pas facile à déchiffrer. Les dessins sont agréables, simples et colorés.
    Les explications en fin de tome (que j'ai lues en commençant, à cause de mes expérience précédentes où ma lecture de la BD était fastidieuse mais s'éclairait grâce à ces explications. J'ai pris les devants.) sont claires et efficaces à la compréhension de la BD.

    Mon appréciation -> ♡ ♡ ♡   

    Rendez-vous sur Hellocoton !

  • "Si c'est un homme" de Primo Levi

    Si c'est un homme.jpgQuatrième de couverture : "On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
    C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur. Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité." Angelo Rinaldi

    Mon avis : Un récit qui nous conte l'indéfinissable, l'horreur impensable. Bien que l'on sache maintenant les faits des actions nazies envers les juifs et autres "races", la lecture de ce genre de récit est toujours une épreuve. Il faut imaginer l'inimaginable et c'est difficile. Primo Levi nous livre sa vie au camps sans voyeurisme, sans sensiblerie mais d'une manière vraie qui nous entraîne dans un moment fait de tristesse, de douleurs, d'abnégation, de perte de soi.
    Un récit lourd mais écrit d'une manière simple qui en fait un témoignage important pour l'avenir, pour que l'oubli entraîne à jamais ce genre d'histoire dans ses méandres.

    Mon appréciation -> ♡ ♡ ♡ ♡  

    Rendez-vous sur Hellocoton !

  • "Les aigles de Rome" (Livre IV) d'Enrico Marini

    enrico mariniRésumé : Il a trahi. Marcus doit se rendre à l'évidence : Arminius, qu'il considère comme son frère, prépare une rébellion contre Rome, la cité qui leur a tout donné. Deux hommes, deux destins, une amitié déchirée et l'Histoire qui avance, inéluctablement.
    Dans ce livre IV des Aigles de Rome, Enrico Marini fait du récit historique une époustouflante aventure humaine, riche et tragique et son dessin réaliste nous plonge au cœur des tourments des héros et des soubresauts du règne d'Auguste.

    Mon avis : Ce quatrième livre m'a paru plus fade que les précédents, l'histoire stagne un peu. Serait-ce un tome de transition pour attendre l'arrivée du cinquième opus à paraître ? Je l'espère. Les dessins sont toujours aussi époustouflants de réalisme et de couleurs, ce qui rend cet album tout à fait agréable à lire malgré le fait que l'histoire piétine un peu.

    Ce que j'ai aimé : les magnifiques dessins !
    Ce que j'ai moins aimé : un certain essoufflement dans l'intrigue.

    Mon appréciation -> ♡ ♡ ♡  ♡ ♡

    Ce roman fait partie de 1 de mes défis : lecture marron pour le Weekly Book Color Challenge.

    enrico marini 

    Rendez-vous sur Hellocoton !

  • "Quand le requin dort" de Milena Agus

    milena agusQuatrième de couverture : Sardes depuis le paléolithique, les Sevilla-Mendoza ignorent la normalité. Un père entiché de voyages lointains, une mère perdue devant la vie, un frère sourd à tout sauf à son piano. Celle qui décrit, avec candeur, l'étrange et attachante ambiance familiale, est une adolescente engluée dans une liaison inavouable... bien que, dans sa famille, on parle de sexe sans inhibitions. On y parle aussi de Dieu, dont on n'arrive pas à décider s'il existe ou pas. Mieux vaut s'en remettre à la superstition pour affronter les dangers d'une existence qui se déroule comme si on était dans la gueule d'un requin...
    Ce livre, le plus poignant de Milena Agus, est le premier qu'elle a écrit.

    Mon avis : Je n'ai pas apprécié du tout cette lecture. Je n'ai accroché à rien. J'ai eu du mal à suivre l'auteure, j'ai trouvé son écriture très dispersée, trop décousue. De plus, le fait que ce soit écrit à la première personne m'a gênée (je ne sais pas pourquoi, car d'habitude ce n'est pas un critère qui me pose problème). Je n'ai absolument pas compris le sens de ce livre, où l'auteure voulait arriver.

    Ce que j'ai aimé : rien...
    Ce que j'ai moins aimé : surtout le fait que je ne voyais pas où ce roman allait.

    Mon appréciation ->  ♡ ♡ ♡ ♡ ♡

    Ce roman fait partie de 2 de mes défis : lecture marron pour le Weekly Book Color Challenge et lecture italienne pour ma coupe d'Europe livresque 2016.

    milena agus

    milena agus   milena agus

    Rendez-vous sur Hellocoton !