Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Auteurs Finlandais

  • "Le lièvre de Vatanen" d'Arto Paasilinna

    arto paasilinnaQuatrième de couverture : Vatanen est journaliste à Helsinki. Alors qu'il revient de la campagne, un dimanche soir de juin, avec un ami, ce dernier heurte un lièvre sur la route. Vatanen descend de voiture et s'enfonce dans les fourrés. Il récupère le lièvre blessé, lui fabrique une grossière attelle et s'enfonce délibérément dans la nature.
    Ce roman-culte dans les pays nordiques conte les multiples et extravagantes aventures de Vatanen remontant au fil des saisons vers le cercle polaire avec son lièvre fétiche en guise de sésame. Il invente un genre : le roman d'humour écologique.

    Mon avis : Ce fût une lecture bizarre. Un roman dans lequel je me demande où est la queue et où est la tête. Le début de roman m'a plu, puis au fil des pages j'ai déconnecté et je n'ai plus réussi à me reconnecter. Je ne vois pas très bien où l'auteur a voulu mener son histoire. Plus j'avançais dans ma lecture moins j'appréciais pour en arriver à trouver les 3 derniers chapitres carrément saoulants.

    Mon appréciation -> ♡   ♡  

    Ce roman fait partie de  de mes défis : lecture pour la lettre P de mon défi Alphabet 2017  

    kim zupan arto paasilinna

    Rendez-vous sur Hellocoton !

  • "Les vaches de Staline" de Sofi Oksanen

    Les vaches de Staline.jpgQuatrième de couverture : Les "vaches de Staline", c'est ainsi que les Estoniens déportés en Sibérie désignèrent les maigres chèvres qu'ils trouvèrent là-bas, dans une sorte de pied de nez adressé à la propagande soviétique qui affirmait que ce régime produisait des vaches exceptionnelles. C'est aussi le titre du premier roman de Sofi Oksanen, dont l'héroïne, Anna, est une jeune finlandaise née dans les années 1970, qui souffre de troubles alimentaires profonds. La mère de celle-ci est estonienne, et afin d'être acceptée de l'autre côté du "Mur", elle a tenté d'effacer toute trace de ses origines et de taire les traumatismes de l'ère soviétique.
    Sofi Oksanen décrit avec une grande puissance d'évocation les obsessions de ces deux femmes : Anna ne pense qu'à contrôler l'image de son corps, tandis que sa mère raconte sa rencontre avec le "Finlandais", à Tallinn, dans les années 1970, avec une sorte de distance glaçante, comme si sous ce régime sous surveillance, la peur s'infiltrait jusque dans les rapports de séduction. Ne serait-ce pas ce passé qui hante encore le corps de sa fille.

    Mon avis : Un roman portant sur deux thèmes très intéressants : les troubles alimentaires et la vie d'une expatriée de l'est à l'ouest. Malheureusement je ne suis pas sortie de cette lecture très enchantée. Le style m'a semblait très, trop décousu, et ma lecture a été très freinée par cela. J'ai voulu arrêté plusieurs fois mais je me suis accrochée. Des deux "histoires" celle qui m'a le plus plu est celle de la mère, plus fournie. L'histoire d'Anna, bien qu'elle soit bien expliquée et détaillée était fort redondante, en effet, durant tout le roman, elle mange, elle vomit, elle remange et elle revomi, entre deux "séances" comme elle les appelle, elle se pose des questions sur ses origines, et ces questions sont toujours les mêmes....
    Un roman intéressant pour ses thèmes, mais décevant quant à son écriture.

    Mon appréciation -> ♡ ♡ ♡ ♡  ♡

    Ce roman fait partie de 1 de mes défis : lecture pour la lettre O de mon défi Alphabet 2017

    kim zupan   sofi oksanen

    Rendez-vous sur Hellocoton !