Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

Auteurs Brésiliens

  • Ça me parle... #22 : Sérgio Rodrigues

    "Ça me parle..." c'est : Tous les mercredis, une petite (ou grande) citation glanée au fil de mes lectures, qui me parle et qui vous parlera peut-être :-)

     

    "Plus de quatre-vingt dix pour cent du public n'avait accès au football qu'à travers la radio, et à la radio n'importe quel match de troisième catégorie disputé mollement entre des joueurs bedonnants se transformait en un combat plein de cris et de fureur. Toutes les cinq minutes les narrateurs faisaient accomplir à une andouille minable un exploit digne des dieux de l'Olympe. Bien entendu, ce déphasage entre les mots et les actes n'était pas viable à long terme, il ne pouvait pas se poursuivre indéfiniment. Et comme on ne pouvait pas obliger la narration radiophonique à rester sobre, il n'y avait plus qu'une chose à faire : transformer la réalité. Voilà comment le football brésilien est devenu ce qu'il est aujourd'hui : en grande partie à cause de l'effort surhumain que les joueurs ont eu à accomplir pour se maintenir à la hauteur des mensonges que débitaient les journalistes de la radio."

    sérgio rodrigues

    (p.86)

  • "Dribble" de Sérgio Rodrigues

    Dribble.jpgQuatrième de couverture : Après vingt-six ans de brouille, Murilo, un journaliste sportif qui a connu son heure de gloire dans le Rio des années 60, convoque son fils Neto à des rendez-vous de pêche ponctués par le visionnage des grands moments du football. Vouant une véritable haine à ce père tyrannique, Neto attend une demande de pardon et une explication sur la disparition de sa mère, Elvira. Mais Murilo se contente de lui remettre un manuscrit où il est question d'un joueur de football visionnaire et génial, depuis ses débuts glorieux jusqu'à sa fin tragique.
    Au fil des rencontre entre le père et le fils se dessine l'histoire d'une relation douloureuse et incroyablement perverse. S'inspirant de l'art du dribble, qu'il a longuement médité, Murilo finit par tendre à son fils un piège machiavélique. Le football lui dictant sa dernière vengeance...
    Avec ce roman familial virtuose qui s'enracine dans l'histoire brésilienne récente, Sérgio Rodrigues s'impose comme un des écrivains lusophone les plus brillants de sa génération.

    Mon avis : Une livre sur le football, voilà qui était alléchant. Ce livre je l'ai gagné, grâce à une participation à Vendredi Lecture, et j'ai été heureuse de recevoir ce roman ayant pour thème un sport que j'aime beaucoup. Malheureusement au fil des mots, j'ai été déçue par ce que je lisais. Bien sûr cela parle de football et pas de n'importe lequel ! Un des meilleur football de notre petite planète : le brésilien et en plus celui des année 70 avec l'avènement d'un des plus grand joueur de l'histoire foot : Pelé.
    En fait il y a 3 histoire dans ce roman, celle de Murilo, celle de Neto et celle du fooball. Les histoires de Murilo et Neto s'entrecroisent mais j'ai eu beaucoup de mal à voir où était le lien qu'il y avait entre ces 2 histoires et celle du football. Il y a de temps en temps une comparaison qui a du sens mais à part ça je n'ai pas accroché. Le football est là pour donner une note explicative mais c'était un peu trop compliqué pour mon esprit, les liaisons ne se sont pas faites. C'est dommage car le résultat aurait pu être plus agréable si les références footbalistiques n'avaient pas été aussi nombreuses.
    Par contre les relations père - fils racontées tantôt par l'un tantôt par l'autre sont très bien écrites et fortes en sentiments. Quant à la fin elle tout simplement... surprenante ! Je ne m'attendais pas du tout à ce dénouement.

    Mon appréciation -> ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ ♡