Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Ça me parle... #35 : Christopher Paolini

    "Ça me parle..." c'est : Tous les mercredis, une petite (ou grande) citation glanée au fil de mes lectures, qui me parle et qui vous parlera peut-être :-)


    "... - N'empêche que j'aimerai que cette guerre se termine. J'aimerai de nouveau labourer la terre, semer des récoltes et moissonner à la saison. Les travaux de la ferme sont éreintants, mais au moins c'est du travail honnête. Tuer comme ça, c'est malhonnête. C'est du vol..., le vol de la vie d'autrui, et aucun être de bon sens ne devrait désirer cela."

    christopher paolini

    (p.515)

  • "Berlin, zone française" (Agence Hardy, tome 5) de Pierre Christin et Annie Goetzinger

    annie goetzinger, pierre christinQuatrième de couverture : Sur fond de "pacification" en Algérie et de guerre froide en Europe, Édith Hardy et son assistant Victor vont plonger dans une rocambolesque aventure qui les conduira des rotative du journal Combat au cœur de Berlin. Victor doit d'abord utiliser un subterfuge afin de se faire réformer. Mission accomplie, ce qui ne l'empêchera pas de prendre des coups lorsqu'il aura affaire comme chauffeur de maître (sans avoir le permis) à une famille de militaires dont le maniement des armes remonte aux Croisades...
    Édith, quant à elle, sortira des médiocres affaires de personnes disparues afin d'éviter un kidnapping d'enfant menaçant le général Vestermann, en poste dans la zone d'occupation française de Berlin. C'est le parfum de l'aventure qui l'emportera dès son arrivée à l'aéroport de Tempelhof, tandis que les populations de la zone soviétique continuent de s'enfuir à l'ouest par dizaine de milliers, faudra-t-il un jour construire un mur pour les en empêcher ? Personne n'y croit vraiment...
    Au mythique journal Combat, avec son imprimerie à bout de souffle rue du Croissant, dans ce qui est alors le quartier de la presse parisienne, de vieilles connaissances issues du mouvement de résistance du même nom font appel à la jeune journaliste Rosa, amie de Victor, pour contacter discrètement Édith Hardy. Celle-ci va monter une savante mise en scène sous le S-Bahn de l'ancienne capitale allemande, sur fond de trafic d'armes, d'espions, de caviar et même de bébés...
    Cela suffira-t-il à empêcher un rapt dans une ville crépusculaire, voire à changer le cours de l'histoire de l'autre côté de la Méditerranée ?

    Mon avis : C'est la première BD de cette série que je n'ai pas trop appréciée. Je l'ai trouvée brouillon. Je n'ai pas tout compris dans l'entremêlement des différentes intrigues, et je n'ai pas capté les tenants et les aboutissants de cette histoire.
    Par contre les dessins et l'atmosphère d'après guerre me plaisent toujours autant et sont toujours aussi bien rendus.

    Mon appréciation -> ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ ♡

    Rendez-vous sur Hellocoton !

  • C'est lundi ! Que lisez-vous ? #41

    didier van cauwelaert,christophe cazenove,hervé richez,yrgane ramon,sérgio rodrigues,denis-pierre filippi,marie favereau,manuel garcia,chimamanda ngozi adichie,pierre christin,annie goetzinger

    "C'est lundi ! Que lisez-vous ?" est un rendez-vous hebdomadaire blogo-livresque proposé par Galleane

    Ce que j'ai lu la semaine dernière (du 14 au 20 novembre 2016) :

    • "Le Roi de fer" (Les Rois maudits, tome 1) de Maurice Druon
    • "Le dîner de trop" d'Ismail Kadaré
    • "60 gags de Boule et Bill" (tome 2) de Jean Roba

    Le roi de fer.jpg   Le diner de trop.jpg   60 gags de Boule et Bill, T.2.jpg

     Ce que je lis actuellement :

    • "Le duel" (Commissaire Erlendur Sveinsson, tome 12) d'Arnaldur Indriðason
    • "Bonne pâte" (Garfield, tome 62) de Jim Davis

    Le duel.jpg   Garfield, T.62.jpg

    Je poursuivrai avec

    • "La dernière valse de Mathilda" de Tamara McKinley
    • "Berlin, zone française" (Agence Hardy, tome 5) de Pierre Christin et Annie Goetzinger

    La dernière vlase de Mathilda.jpg   Agence Hardy, T.5.jpg

    Rendez-vous sur Hellocoton !

  • "Le dîner de trop" d'Ismaïl Kadaré

    ismaïl kadaréQuatrième de couverture : Gjirokastër - la "ville de pierre" au sud de l'Albanie - voit déferler les troupes allemandes qui remontent la Grèce envahie. À leur tête, un colonel nazi qui a fait ses études en Allemagne avec un dignitaire de la ville, le docteur Gurameto. Le colonel von Scwabe retrouve avec effusion son ex-condisciple qui l'invite à dîner. Or des maquisards ouvrent le feu sur l'avant-garde des blindés allemands. En représailles, les nazis raflent dans le même temps des otages parmi les habitants de la cité. Le docteur Gurameto se sent contraint durant le souper avec l'état-major allemand de convaincre le colonel de les libérer - y compris un pharmacien juif - sous peine de passer pour traître aux yeux de la population. il obtient gain de cause.
    Une fois la guerre terminée et le communisme instauré, cette affaire revient sur le tapis. au moment où dans tout le bloc communiste la paranoïa stalinienne atteint des sommets, la libération du pharmacien juif par le colonel nazi désigne Gjirokastër comme un noyau de grand complot planétaire visant à décapiter les pays socialistes...
    Quelle est la clé de l'énigme du fameux dîner ? Et si l'invité du docteur Gurameto n'avait été qu'un mort ?
    Brassant avec une virtuosité encore jamais atteinte balades balkaniques, chroniques de sa ville natale et charges tragi-comiques contre les dictatures défuntes (l'ottomane, la fasciste la communiste...), Ismail Kadaré donne ici un roman qui le montre au sommet de son art.

    Mon avis : Voici une lecture difficile. Je l'avoue je n'ai pas compris où l'auteur voulait aller et il y a beaucoup de questions que je me suis posées durant ma lecture qui n'ont pas trouvé de réponses.
    Le style est ardu (Est-ce parce que c'est une traduction venant de l'albanais ? Je ne connais absolument rien de cette langue, je ne sais rien de sa grammaire ni de sa syntaxe). Les phrases étaient complexes et leurs structures peu conventionnelles ce qui n'a pas facilité ma tâche.

    Ce que j'ai aimé : le thème de l'histoire. Un point de vue sur la seconde mondiale peu répandu.
    Ce que j'ai moins aimé : la mise en forme de l'histoire trop difficile et complexe voire alambiquée pour moi.

    Mon appréciation -> ♡ ♡ ♡ ♡ ♡ ♡

    Ce roman fait partie de 2 de mes défis : lecture albanaise de ma coupe d'Europe livresque 2016 et lettre K de mon défi Alphabet 2016.

    ismaïl kadaré   ismaïl kadaré

    ismaïl kadaré   ismaïl kadaré

    Rendez-vous sur Hellocoton !

  • Ça me parle... #34 : Agnès Abécassis

    "Ça me parle..." c'est : Tous les mercredis, une petite (ou grande) citation glanée au fil de mes lectures, qui me parle et qui vous parlera peut-être :-)

     

    "Ensuite, ben quoi, ce type t'a traitée de femme parce qu'il possède l'immense capacité intellectuelle de savoir changer un joint ? Toi, tu peux fabriquer un être humain tout entier dans ton ventre, quand lui n'y fabriquera jamais autre chose des gaz. Alors qui devrait se sentir inférieur à l'autre honnêtement ?"

    agnès abécassis

    (p.60)

    Rendez-vous sur Hellocoton !