Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

"Un honneur retrouvé" (Djinn, tome 12) de Jean Dufaux et Ana Miralles

Djinn, T.12.jpgNote de l'auteur : Tout Djinn s'articule autour d'un axe double. Un axe tourné vers la passé, et c'est Jade. Un axe s'adressant au présent, et c'est Kim Nelson. Parfois, au sein d'un même album, les deux mouvements s'entrecroisent ou se heurtent. Dans notre dernier cycle, celui des Indes, il se sépare enfin, chaque album préservant l'autonomie soit du passé, soit du présent. Le tome 12 que vous tenez en main conclut l'un des deux mouvements, celui de Jade, celui de la Djinn dont on connaît à présent le destin. Elle survit, elle survit à tout car elle nous apparaît d'abord comme un personnage fantasmatique, une projection de nos désirs et de nos peurs. Elle assume le pas de trop, celui que nous n'osons accomplir car il nous manque cette magie qui confère l'aura des légendes. Légende de Jade et de la Djinn, qui s'achève ici. Entre un passé que nous pourrions découvrir encore (ses jeunes années dans les harems de Constantinople). Et tous les futurs possibles puisque Jade, après son odyssée africaine, acquiert son statut de mythe (déesse de plaines et des fleuves) et l'on sait que les mythes perdurent au-delà de la mort. Bref, elle restera mouvante à jamais dans mon imagination dans les mots et la magie que lui confère Ana Miralles.

Chevelure de Jade, les tatouages qui se meuvent le long de sa peau, le regard qui promet tant et ne donne rien, l'alanguissement des odalisques dont la silhouette se dessine dans les vapeurs du bain, cette nudité qui hésite à chasser, à tuer, Ana a pu lui procurer tout cela par la grâce de son talent et ce quelque chose de plus qui envoûte et qui échappe à toute technique pour toucher l'instinct, au regard primitif, à ce battement intérieur qui arrache le dessin au papier.

Les Indes ont permis une halte qui est le regard d'un enfant et sa malédiction. À cet enfant qui souffre, il sera beaucoup promis. Et pour que cette promesse soit tenue, il faudra l'arrivée de Kim Nelson au palais d'Eschnapur... Ce sera l'épisode suivant, l'ultime, celui qui clôt notre série sur laquelle nous travaillons depuis plus de 10 ans.Il sera temps alors pour moi de remercier Ana Miralles pour tout ce qu'elle m'a apporté au long de ce périple où chaque personnage, chaque objet apporte une promesse et son déni. Lumière ou ombre, il ne nous est pas donné de choisir. Il nous faut accepter simplement ce qui arrive. Le cri des grands fauves ou le silence de l'anachorète. Le plus dangereux n'est pas toujours celui auquel on pense. Mais qu'on le sache, au bout de ce long parcours, je ne suis toujours pas parvenu à percer les mystère de la Djinn. C'est probablement mieux ainsi. Quand un personnage vous, échappe, échappe au filet de mots, il reste dangereux. Et vous oblige à la vigilance, à garder les yeux ouverts. ainsi, le temps recule...

Jean Dufaux, août 2014.

Mon avis : Je serai beucoup moins prolixe que monsieur Dufaux. De nouveau, comme pour les 2 tomes précédents, je n'ai pas tout compris... Je me suis perdue dans l'histoire de "prince" qui a une sœur malade, qui prépare son mariage, etc... Prince, guerre avec les anglais, trahison, harem, voilà en gros ce que je pu comprendre pour le reste c'est très confus et un peu désordonné. Alors pourquoi, je continue de lire cette série ??? Et bien pour les dessins qui sont magnifiques ! De ce côté là je n'ai jamais, au grand jamais, été déçue !

Mon appréciation ->  J J J J J J

 

Les commentaires sont fermés.