Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • "La station Saint-Martin est fermée au public" de Joseph Bialot

    La station Saint-Martin est fermée au public.jpgQuatrième de couverture : Un homme marche dans Paris. Il a été ramassé quasi mort à la fin de la Seconde Guerre mondiale par des soldats américains sur une route parsemée de cadavres et porte un matricule sur l’avant-bras gauche. S’il a tout oublié de l’enfer traversé, il ne sait plus non plus ce que fut sa vie d’avant la déportation. A-t-il une famille ? Des enfants ? Un métier ? Doté par défaut d’un prénom de hasard, il réapprend à vivre dans une capitale française qui, comme lui, veut panser ses plaies. Bribes et souvenirs lui reviennent au fur et à mesure de ses déambulations et de quartiers traversés. Un nom frappe sa mémoire : celui d’une station de métro. Son passé est là, tout près, il le sent. Pourra-t-il enfin renouer les fils d’une mémoire occultée ?

    Mon avis : Un livre agréable malgré le thème lourd et triste. L’histoire de ce jeune homme qui re-découvre sa vie par bribes est bien écrite. Il n’y a rien de morbide, le ton est juste et le suspens de cette histoire est doux mais soutenu.
    Le métro, deuxième personnage important, livre une part de secret qu’on a envie de soulever pour aider Alex à se retrouver.
    Une période dont j’aime découvrir les différents versants, et ce livre fait partie de ceux qui m’ont donné des émotions.

    Ma note -> J J J J J J

    Éditions Libretto, 2013, 140 pages.

    Je remercie vivement Babelio et les éditions Libretto pour cette émouvante découverte et je tiens à leurs présenter mes excuses les plus sincères pour cet avis que je poste avec un grand retard. Je n’ai pas respecté l’engagement que je vous avais promis lors de mon gain au Masse critique de Babelio et j’en suis terriblement confuse.

  • "Les gosses" de Valérie Clo

    Les gosses.jpgQuatrième de couverture : « Je fais souvent le même rêve, enfin plutôt le même cauchemar. Mes enfants se transforment, ils ont des bras et des jambes immenses qui traversent l’appartement et sortent par les fenêtres, ils prennent de plus en plus d’espace. Je suis obligée d’enlever toutes les portes. Je les regarde se développer ainsi, impuissante, et j’ai peur qu’ils ne m’écrasent. »

    Une mère, la quarantaine, divorcée, légèrement dépassée. Et ses trois gosses : deux ados et une petite fille. Situations désopilantes, moments de crise et fous rires. Le portrait sans fard d’une famille du XXIème  siècle.

    Mon avis : Une chouette petit bouquin bien frais. Un style tout simple, qui me faisait penser au mien quand je m’essaye d’écrire un peu. Des situations de tous les jours qui deviennent comiques quand elles se passent autre part que chez soi. Même si je n’ai pas d’enfant je me suis retrouvée dans l’héroïne qui a fêter ses 42 ans (j’en ai 43…) et ça m’a fait sourire plus d’une fois.
    Bref, un livre très agréable, sans prise de tête, tout juste ce qu’il faut pour les vacances avec un petit bémol, la fin tombe bizarrement, j’ai eu l’impression qu’il me manquait une conclusion, mais peut-être que ça annonce une suite…

    Ma note -> J J J J J J

    Éditions Buchet – Chastel, 2013, 147 pages.

     

    Un tout grand merci à Babelio et aux éditions Buchet – Chastel de m’avoir fait sourire tout au long de cette histoire.