Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

"Le Trait d'union des mondes" (Malhorne : livre 1) de Jérôme Camut

le trait d'union des mondes, malhorne, jérôme camut,éditions bragelonneQuatrième de couverture : Il vient de la nuit des temps.
Il a franchi la frontière qui sépare la vie de la mort.
Et, aujourd’hui, le moment de la révélation est venu.

Tout commence lorsque l’ethnologue Franklin Adamov découvre, au fin fond de l’Amazonie, une statue représentant un homme assis armé d’une épée. L’homme est de type européen, l’objet date du XVème siècle, et sur la garde de l’épée est inscrit un mot : « Malhorne ».
C’est impossible…
Pourtant, ce n’est que le premier indice.
En effet, peu après, Franklin est contacté par une fondation appartenant à un riche financier, qui lui offre des moyens illimités pour résoudre cette énigme. Car le mystère s’épaissit : on a repéré une deuxième statue, absolument identique, à l’autre bout du monde…
Qui se cache derrière ces monuments ? Qui a laissé ces signes, et pourquoi ?
Alors débute une traque haletante, une quête initiatique à travers l’Histoire, les cultures et les religions du monde entier, dont l’enjeu est rien moins que l’immortalité.

Mon avis : Pour reprendre un terme du quatrième de couverture, ce roman est haletant ! Et c’est tant mieux, car j’adore ça !
L’histoire est originale et atypique, on se balade sur tous les continents et à toutes les époques. J’ai appris certaines choses tant historiques que techniques et géographiques. Le livre est très bien structuré, à aucun moment je ne me suis perdue dans les personnages (qui sont pourtant quelques-uns). On en redemande et le 2ème est attendu avec impatience, en croisant les doigts qu’il soit aussi captivant que ce livre 1 !

Ma note -> J J J J J J

Des extraits : "Contente-toi de peu, amuse-toi de tout" (p.168)

"Tara n'avait pas voulu se prêter au jeu proposé par Marcussen. Se présenter au poste de sécurité de la Fondation en tenue légère, pour charmer les gardiens, lui semblait la plus stupide des attitudes. C'était bien là l'idée que son patron se faisait des femmes. Et par conséquent des hommes. Un monde peuplé de stupides mal dégrossis qui ne fonctionnaient qu'à coup d'hormones. Charmant !" (p.419)

Éditions Bragelonne, 2004, 490 pages.

Dans ma bibliothèque.

Les commentaires sont fermés.