Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • "Le trésor" (Djinn : tome 4) de Dufaux et Miralles

    Djinn, T.4.jpgNote de l'auteur (p.2) : Le temps ne cesse de se contracter et de se dilater dans DJINN. Comme un coeur qui battrait à un rythme irrégulier au seuil des souhaits exaucés, des renoncements exigés. Sur la scène de votre théatre intime vous restez maître de ce temps. Si la scène s'élargit jusqu'à rencontrer l'Histoire, quelques précisons supplémentaires sont les bienvenues. Il était de la dignité du sultan de sortir honorablement de la scène. On salue un perdant, on ne l'accable pas.

    Le 28 avril 1909, le sultan calife Abdülhamid II quitte son palais de Yildiz pour la gare de Sirkeci où un train spécial l'attend qui le conduira en Salonique. C'est l'exil, la fin d'un règne, d'une certaine idée de l'Empire. Il sera remplacé sur le trône par son frère cadet, Mehmed V Resad. En réalité, le pouvoir passe aux mains des Jeunes-Turcs, le mouvement nationaliste emmené par Enver Pacha. Dans un premier temps les Jeunes-Turcs vont tenter de récupérer les avoirs qu'Abdülhamid détient à la Deutsche Bank, la Banque Ottomane et le Crédit Lyonnais. Ces avoirs se montent à 122000 livres turques, plus de 16000 actions de la Société de Chemin de Fer d'Anatolie et 3000 de la Société du Port de Salonique. Cette véritable fortune sera remise aux mains des officiers de l'armée turque en présence du consul d'Allemagne. C'est de ce fait précis qu'est née l'idée du trésor de guerre détenu par le sultan, trésor convoité par deux nations... et deux femmes.

    D'octobre 1911 jusu'à la fin de 1918, la sublime Porte se perdra sur tous les champs de bataille : en Tripolitaine, dans les Balkans, lors de la Première Guerre Mondiale. L'armistice sera signé le 30 octobre 1918 à Moudros. Le monde ottoman se démembre. Les alliés qui ont gagné la guerre se mettent à table : il y a encore de beaux restes. Les Jeunes-Turcs s'enfuient. Le sultan déchu s'éteindra le 10 février 1918, avec son Empire. Chute fracassante pour un homme qui aimait se réfugier dans la solitude de son palais!

    Cette chute est représentée dans ce volume par un double symbole : le sultan ouvre les volières du palais, libère les jeunes femmes du harem. Qui sait? Les oiseaux ont dû être abattus. Quant aux femmes, la soldatesque régnait en maître dans les quartiers avoisinants.

    Je préfère penser à Jade qui s'enfonce dans le désert, tel un mirage, un mirage qui me fait encore bien rêver.

    Jean Dufaux, juin 2004.

    Mon avis : Tout comme le tome 3, je n'ai pas été enthousiasmée par ce tome 4 comme je l'avais été par les 2 premiers. J'ai l'impression de ne pas avancer dans l'histoire, que cela traîne en longueur. Les dessins sont toujours aussi beaux mais le scénario se tire sans vraiment être exhaltant.

    Ma note : :-|

  • "Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban" (Harry Potter : tome 3) de J. K. Rowling

    Harry Potter, T.3.jpgQuatrième de couverture : Sirius Black, le dangereux criminel qui s'est échappé de la forteresse d'Azkaban, recherche Harry Potter. C'est donc sous bonne garde que l'apprenti sorcier fait sa 3ème rentrée. Au programme : des cours de divination, la fabrication d'une potion de ratatinage, le dressage des hippogriffes... Mais Harry est-il vraiment à l'abri du danger qui le menace?

    Un livre époustouflant qui vous emportera dans un tourbillon de surprises et d'émotions.

    Mon avis : J'avoue que de tome en tome, j'apprécie à chaque fois un peu plus les aventures de ce petit sorcier, de ses camarades et de ses professeurs. Les personnages sont attachants, chacun dans leur registre, les aventures sont très gaies et parfois très palpitantes. L'écriture est fluide et facile à lire pour se laisser emporter aisément dans ce monde fait de magie, de sortilèges et de créatures en tous genres.

    Ma note : :-))

    D'autres avis : Olya, fabi, wilhelmina, Nelfe, Lhisbei, The Bursar, Aragorn, Poulp, Véro

     

    46059100_p.jpg
     
     
    Lettre R.jpg
  • "Quand j'étais soldate" de Valérie Zenatti

    Quand j'étais soldate.jpgQuatrième de couverture : Avoir dix-huit ans en France, ça signifie passer son bac, son permis de conduire, avoir le droit de vote, travailler enfin ou entreprendre des études. Dix-huit ans est synonyme de majorité, de maturité et de liberté.
    Mais avoir dix-huit ans en Israël, ça signifie donner les deux prochaines années de sa vie au pays, à sa défense, à sa survie. Devenir un matricule. Porter l'uniforme. Se réveiller à quatre heures et demie. Faire la vaisselle pour soixante-dix. Obéir aux consignes. Apprendre le maniement des armes. L'histoire et la géographie des pays voisins et ennemis. Les langages codés des pilotes adverses. Et risquer sa peau. Qu'on soit un garçon ou une fille. Même quand on est si petite et si menue que les autres vous traitent de promotion "tomates cerises"...

    Quand on s'appelle Valérie Zenatti, et qu'on rêve de devenir écrivain, ça signifie aussi réfléchir. Et douter. Et rire. Et espérer la paix, maintenant ou bientôt. Ca signifie témoigner.

    Mon avis : Jolie et douce histoire d'une jeune fille qui quitte sa famille et ses amis, pendant 2 ans, pour accomplir son service militaire obligatoire dans un pays qui ne vit que pour et par son armée. Histoire d'une jeune fille de 18 ans qui passe du jour au lendemain des problèmes d'ado tel que : "comment vais-je m'habiller pour passer ma 1ère épreuve du bac" à des problèmes d'adultes en guerre tel que : "Si vous vous trouvez devant un suspect, une première somation, une 2ème, on tire dans les pieds et si le suspect n'obtempère toujours pas on tire pour le tuer..."

    Ce livre est un témoignage qui ne fait ni dans l'eau de rose ni dans la vindicte violente. Il raconte juste, le quotidien d'un peuple qui vit avec la guerre, qui vénère ses soldats mais qui se pose aussi beaucoup de questions sur la paix...

    Ma note : :-))

    46059100_p.jpg
     
    Lettre Z.jpg
    Editions "L'école des loisirs", 2004, 258 pages.
  • "Le guide du mieux vivre" de Gisèle Pierson

    Le guide du mieux vivre.jpgQuatrième de couverture : La maison, le travail, les enfants... Comment une femme d'aujourd'hui doit-elle procéder pour parvenir à concilier les multiples activités qui sont les siennes avec son exigence légitime d'un peu de temps à soi? Comment, surtout, peut-elle définitivement échapper à l'éternel "Je suis complètement débordée"?

    C'est précisément à ce type de questions que répond Le Guide du mieux-vivre. Femme organisée qui apprit à mener de front les deux ou trois vies de toute mère de famille moderne, Gisèle Pierson nous livre en effet tous les principes, les méthodes, les astuces qui nous permettront de gérer efficacement notre temps de façon à "tout faire" sans avoir l'air d'y toucher...

    La distribution de l'espace - qui inclut l'ensemble de l'ameublement - comme celle des tâches entre tous les membres de la maisonnée - et, avant tout, dans notre propre emploi du temps -, la bonne utilisation de ces innombrables produits proposés sur le marché et qui sont destinés à nous faciliter les choses, la gestion du budget, des paperasses, des loisirs.... Chaque moment de notre vie analysé, détaillé et reconstruit, pour plus de calme, de décontraction et de sérénité. Comment apprendre à mieux vivre, sans renoncer à quoi que ce soit de ce qui fait notre quotidien. Précieux.

    Mon avis : Pour quelqu'un qui comme moi a une interprétation toute personnelle des mots : "ordre" et "rangement", ce Guide du mieux vivre est un chouette petit livre plein d'astuces et de conseils pour améliorer son quotidien et l'organiser pour ne pas être envahi par le désordre, la poussière et/ou les papiers... Bien qu'un peu vieillot (il date de 1995, et quelques conseils deviennent obsolètes, comme le rangement des disques vynil ou le classement des photos dans des albums...), j'ai apprécié la façon dont chaque sujet est traité et structuré, avec rigueur mais aussi beaucoup d'humour. J'ai d'ailleurs retenu certains conseils au sujet de l'organisation pour faire le ménage, pour ce qui concerne la cuisine et aussi tout ce qui concerne la paperasse...

    Ma note : :-))

  • "Les Schtroumpfs et le livre qui dit tout" (Les Schtroumpfs : tome 26) de Peyo

    Les Schtroumpfs et le livre qui dit tout.jpgRésumé : Les Schtroumpfs ne sont décidément pas faits pour être laissés sans surveillance ! Même le Schtroumpf à lunettes est incapable de résister à la tentation… Alors qu’il nettoie le laboratoire du Grand Schtroumpf en son absence, le «premier de la classe» tombe sur un mystérieux livre qui contient toutes les réponses.

    Le Schtroumpf à lunettes aurait-il enfin trouvé le moyen d’être populaire… Ou, mieux, de faire régner sa loi ? Avec ce nouvel album à mi-chemin entre «Le Schtroumpfissime» et «L’Œuf et les Schtroumpfs», les Schtroumpfs entament l’année de leur 50e anniversaire de fort belle manière ! (Source : neuvieme-art.com)

    Mon avis : Mes petits hommes bleus préférés sont toujours aussi avides de faire des bêtises dès que le Grand Schtroumpf a le dos tourné... Le Schtroumpf à lunettes prend le "pouvoir" de la communauté Schtroumpf grâce à un livre magique, met il ne maitrise pas les effets secondaires. Heureusement le Grand Schtroumpf revient et grâce à sa grande sagesse, tous les petits Schtroumpfs reviennent dans le droit chemin!

    Album simple mais plaisant, un chouette moment de détente...

    Ma note : :-)